Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Conseil d'Alsace : "tarif spécial"


La mascarade du 11 octobre

 

 

Manifestation-du-11-octobre-Strasbourg-2.jpgIl y a eu la tentative avortée de supprimer la condition de referendum pour les fusions de collectivités et la reprise de l'assaut dans le cadre de la loi sur la réforme territoriale. Il y a eu plus récemment le scandaleux vote du 22 septembre en Alsace, lorsque les élus départementaux et régionaux ont montré leur mépris à l'égard du suffrage populaire, appelant au retour du conseil unique d'Alsace pourtant rejeté par référendum. Voici maintenant les subventions publiques pour une manifestation à caractère politique...

 

Dans un communiqué de presse daté du vendredi 3 octobre, la Région Alsace annonce en effet la mise en place exceptionnelle de trains TER avec tarifs spéciaux pour le samedi 11 octobre prochain, jour où une « grande » manifestation « en faveur de l’Alsace unie » est organisée par le collectif « L’Alsace, ma Région », et soutenue par les pouvoirs publics. Le communiqué précise que « face à l’affluence attendue, la Région a décidé de proposer un tarif TER exceptionnel pour permettre à tous les Alsaciens qui le souhaitent de se joindre à ce mouvement de protestation ». Il faut le lire pour y croire... « Ainsi, les participants pourront bénéficier d’un billet aller/retour au départ de leur gare et à destination de Strasbourg, valable sur l’ensemble des TER en Alsace, pour un montant forfaitaire de 5€ (correspondances incluses) ». Au lieu des 45€ pour un aller-retour Saint-Louis-Strasbourg sur le même créneau...  De plus, « des trains supplémentaires seront également mis en circulation pour compléter l’offre TER habituelle », ce que confirme un document interne de la SNCF intitulé sobrement « MANIFESTATION CONSEIL UNIQUE / CONSEIL D’ALSACE » et publié sur le site Rue89. Document qui souligne aussi le caractère ambigu de cette manifestation : à la fois contre la grande région Alsace-Lorraine-Champagne Ardenne, et en même temps pour le Conseil Unique d’Alsace… Autrement dit contre les résultats d’un referendum… du jamais vu !

 

Un pas dans l'illégalité ?...

 

Mais au fait, depuis quand les deniers publics peuvent-ils servir à financer une manifestation à caractère nettement politique ? Les collectivités publiques ont normalement un devoir de neutralité. Il est ici clairement outrepassé. Il n’est d’ailleurs pas sûr que cette initiative ne soit pas au final condamnée, d’autant plus que le Préfet de région annonce déjà qu’il appliquera son « contrôle de légalité sur cette décision ». Faut-il y voir le sursaut du désespéré pour éviter un flop (la manifestation du 28 juin contre la fusion Alsace-Lorraine n'avait réuni que peu de personnes, et beaucoup d'autonomistes) ou bien la suprême arrogance d’élus qui auraient définitivement perdu pied ? Si condamnation, il y a ce sera bien après le forfait. L'effet escompté sera donc en partie atteint. Serait-ce un calcul retors ? Ou un dérapage contrôlé qui chercherait justement une réaction répressive de l'Etat afin de pouvoir ensuite s'en plaindre ? A suivre de près...

 

Du temps de l’Union Soviétique, régulièrement, le régime en place affrétait le transport pour faire participer les foules aux défilés monstres qu’il organisait, afin de donner l’impression d’un large soutien populaire, grâce à cette forme d'embrigadement institutionnel... Les TER relèvent certes de la compétence régionale. Aurions-nous là un avant-goût de ce que pourrait devenir une Alsace davantage "autonome", en un sens bien particulier : une nouvelle baronnie où les puissants du moment feraient ce que bon leur semble et utiliseraient à discrétion ce qu’il reste de service public pour collaborer à leurs propres intérêts ? Nous avons hélas connu plusieurs fois dans notre histoire une telle période durant laquelle l'autorité, la légitimité et le pouvoir politique se délitent au profit d'un petit nombre d'oligarques qui tendent briser les cadres et à mettre en place un pouvoir personnel et arbitraire. Cela n'a pas été particulièrement des périodes de progrès, plutôt de déclin. Parfois suivies d'un sursaut. La dernière en date, c'est la fin du XVIIIème siècle qui aboutit à l'explosion de 1789.

 

Cela dit, il est vrai qu’on pourrait aussi en conclure que dorénavant tous les organisateurs de manifestation à Strasbourg pourront commander des TER, quelles que soient leurs revendications, à 5€ l’aller-retour. Dites-nous, M. Richert, à qui faut-il s’adresser ? A la SNCF ? A la Région Alsace ? Qui paie quoi ? Cela pourrait bien être utile dans les prochains temps...

 

Au cabinet de Philippe Richert, selon un article des DNA, on compare cette décision aux opérations spéciales mettant en place des « trains spéciaux » pour le « Mörgenstreich », le fameux carnaval de Bâle. On croirait de l'humour. Mais pas du tout, c'est une mascarade... « Philippe Richert appelle à manifester, mais la Région n’appelle pas à manifester », argumente-t-on encore laborieusement. « On nous dit qu’il va y avoir beaucoup de demande, donc on répond à la demande ». Faut-il traduire : Philippe Richert nous dit qu’il va y avoir beaucoup de demande, alors nous créons l’offre et l'événement…? Selon Rue89, le directeur de cabinet de Philippe Richert considère qu’il s’agit là avant tout d’une « opération commerciale »… Ce qui est sûr, c'est que sur le plan de la communication, cela fait le buzz, même dans la presse nationale. Sur ce plan, c'est une réussite.

 

Des bus depuis le sud de l'Alsace !

 

En parallèle, il vient d’être demandé aux maires de communes du sud alsacien d’imprimer et de diffuser, en urgence, un « tract » appelant à la « mobilisation » avec talon-réponse, afin d’estimer le nombre de bus à affréter (pour « 12 à 15€ l’aller-retour ») : « la distribution du tract devra être effectuée par les élus dans les foyers de vos communes ce week-end » est-il écrit dans ce courriel envoyé aujourd'hui dans les mairies du Sundgau... Le coût est certes modeste, mais à la charge du contribuable tout de même ! C'est un hold-up institutionnel.

 

CR68-20-minutes.jpgMais les élus départementaux qui se font l’écho de cette deuxième offre évitent soigneusement, quant à eux, de parler d’une manifestation en faveur de ce Conseil d’Alsace que les Haut-Rhinois ont précisément refusé en avril 2013. Cette confusion entretenue a sans doute pour objectif de gruger le citoyen : certains s’imagineront peut-être, en toute bonne foi, aller parader uniquement contre la fusion avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne. Les organisateurs et leurs sympathisants les remercieront assurément de leur naïveté en les instrumentalisant médiatiquement à leur profit…

 

Quoiqu’il en soit, nous pouvons d’ores et déjà souhaiter bon voyage à celles et ceux qui profiteront du tarif « spécial » pour aller faire quelques emplettes à Strasbourg.

 

Vivement la prochaine manifestation officielle !

 

M.L.

 

 

Mise à jour du 12 octobre 2014 :

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse du CR68 envoyé samedi 4 octobre, une semaine avant la manifestation du 11. Aucune parution, aucune mention même, dans la presse régionale.


 « En osant publiquement comparer les tarifs spéciaux TER pour les manifestants du 11 octobre avec les opérations commerciales du carnaval de Bâle, tout a été dit : cette initiative, scandaleusement soutenue par les collectivités locales, est une grosse mascarade. Nous appelons les citoyens à ne pas y céder, quelle que soit leur légitime colère contre la fusion envisagée avec la Lorraine et la Champagne-Ardenne. En croyant aller lutter contre ce projet mal préparé, les moins renseignés serviront en fait d’alibi à des élus cherchant à contourner par tous les moyens le cinglant résultat du 7 avril 2013.

 

Il faut hélas rappeler à la collectivité publique qu’est la Région Alsace son devoir de neutralité : l’argent public ne doit pas servir à financer une manifestation privée à caractère politique. Nous en appelons aux autorités pour faire cesser ces dérives inacceptables. Si nous cédons sur ce point, soyons sûrs de notre avenir : le retour des baronnies locales s’accaparant la puissance publique au profit de leurs intérêts privés. Ce n’est pas cela la République. »

 

Au final, au lieu des 15 000 personnes attendues, il y en a eu environ 7 000. Voilà ce que l’on gagne à diviser au lieu de rassembler, à mélanger les dossiers et à vouloir ressusciter sans raison un projet refusé par voie référendaire.

 

 

 

 

 

chronologie CUA sommaire-copie-2--> Conseil unique d'Alsace - Le rappel des faits - Chronologie 2010-2014 (25 octobre 2014) - Où l'on pourra se remémorer les faits depuis l'autorisation légale de l'expérimentation institutionnelle en décembre 2010 jusqu'au retour forcé du conseil unique d'Alsace par la fenêtre, après qu'il ait été sorti par la grande porte du référendum.

 

 

amendement senat alsace--> Conseil Unique d'Alsace le retour - L'amendement du Sénat (22 octobre 2014) - Où l'on verra que la campagne de mauvaise foi contre les résultats du 7 avril a des répercussions au Sénat où de nombreux Alsaciens, légitimement hostiles à la grande région Alsace-Lorraine-Champagne Ardenne, sont fait cocus par leurs élus...

 

 

Manifestation 11 octobre copie--> Conseil d'Alsace et réforme territoriale – Manifestation du 11 octobre – Une manifestation en demi-teinte (12 octobre 2014) - Où l'on verra que la manifestation du 11 octobre n'a pas été à la hauteur des espérances, pour avoir soufflé sur les divisions plutôt que sur une volonté de rassemblement.

 

 

22 septembre vote des trois conseils alsace--> Vote du 22 septembre 2014 en Alsace : l'orage n'a pas fini de gronder (où l'on verra la trahison des élites à l'égard du suffrage populaire exprimé lors du référendum du 7 avril 2013)

 

 

Richert retour du conseil d Alsace--> Retour du Conseil Unique d'Alsace - Crise de légitimité et responsabilité politique (18 septembre 2014) - Où l'on verra combien nos élites semblent avoir perdu le sens de la démocratie et de la République. Que l'on ait voté pour ou contre en Alsace lors du referendum du 7 avril 2013, cela doit choquer. Et cela choquera. Les nuages continuent de s'amonceler à l'horizon, et il y a fort à craindre pour l'avenir. Elus, élues, le tonnerre gronde. Que ferez-vous ? Que ferons-nous ?

 

 

collectivite territoriale suppression referendum copie--> Suppression de la condition de referendum et retour du Conseil Unique d'Alsace (29 août 2014) - où l'on apprendra que dans le cadre de la loi sur la fusion des régions un amendement vise à supprimer la condition de referendum pour les fusions et modifications de collectivités territoriales. Et de voir les partisans de la Collectivité unique reprendre du poil de la bête...

 

 

 

 

L'analyse des résultats du  7 avril 2013 :

infographie-les-resultats-du-referendum

 

--> En Alsace, c’est  « non » ! (9 avril 2013) - (où l’on trouvera des éléments d’analyse pour comprendre les résultats du 7 avril 2013 et faire le bilan de la campagne référendaire).

 

 

 

Dix raisons de voter non  en 2013 :


--> schema-referendum_cta.pngDix raisons de voter non : ce projet est une usine à gaz complexe qui, loin de permettre des économies risque bien de nous coûter cher. En participant à l'émiettement institutionnel de la France, il nous affaiblira sans doute plus qu'il nous renforcera. C'est un projet précipité et flou, sans aucune vision d'ensemble, et qui sert de cache-misère politique. Sur fond de crise de confiance généralisée et de fantasmes autonomistes, nos élus risquent de s'enfermer dans une bulle, car la proximité annoncée n'est qu'illusoire. Refusons le chèque en blanc.

 

 

--> Sommaire du blog

Tag(s) : #Alsace

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :